L'appartement est situé dans un quartier et sur une rue très calme.
Studio au calme 10 min coeur Paris
Studio au calme 10 min coeur Paris
3 гостя
1 спальня
2 кровати
1 ванная
3 гостя
1 спальня
2 кровати
1 ванная
Пока вы ни за что не платите

Très calme, ce ravissant studio est situé dans un quartier très vivant et agréable du vrai Paris. Proche de tous commerces, restaurants et moyens de transport. Vous serez au coeur de Paris en 10 minutes environ. vous êtes proche de Montparnasse.

Жилье

L'appartement peut accueillir jusqu'à 3 personnes. Il est composé de :
* une grande pièce de 20 m2 environ qui dispose de tout l'aménagement nécessaire pour votre confort : un grand lit (140 x 200) avec un matelas confortable, un fauteuil-lit, une table avec chaises, un meuble comportant une télévision, l'équipement internet et téléphonie, de nombreux livres sur Paris, un lecteur CD-radio.

* La cuisine est équipée avec tout l'équipement qui vous permettra de bien préparer vos repas : plaques chauffantes, frigidaire, four micro-ondes, machine à café Nespresso et bien sûr toute la vaisselle utile.

* La salle de bains dispose d'un lavabo, d'un WC, d'une douche, d'une machine à laver et sécher le linge, d'un placard sous le lavabo et d'un chauffage.

* une entrée équipée d'un large placard avec un grand meuble de rangement.

Доступно гостям

L'appartement est entièrement occupé par les voyageurs. Vous avez bien sûr accès à toutes les facilités de l'appartement.

Общение с гостями

J'accueille mes visiteurs et prends tout le temps de leur présenter l'appartement et le quartier. Il y a de nombreux livres sur Paris dans l'appartement. Et je remets à mes visiteurs un document très clair qui donne toutes les informations importantes sur l'appartement, les commerces et restaurants et les moyens de transports.

Другие важные подробности

Votre appartement se situe très près de la porte de Versailles, où se tiennent de nombreux salons réputés.


Удобства
Кондиционер
Бесплатная парковка
Лифт
Сушильная машина

Цены
Доплата за каждого последующего гостя Бесплатно
Скидка за неделю: 6%
Общайтесь только через Airbnb
В целях безопасности никогда не переводите деньги и не общайтесь за пределами сайта или приложения Airbnb.
Подробнее

Правила дома

.


Отмены

Устройства безопасности
Пожарная сигнализация
Детектор угарного газа
Огнетушитель

Свободные дни
3 ночи — минимальная продолжительность бронирования

Отзывов пока нет

У этого хозяина 13 отзыва о другом жилье.

Просмотреть другие отзывы
Croissy-sur-Seine, ФранцияНа сайте с август 2012
Профиль пользователя Bertrand

Paris is my city. I was born here (in the 16th arrondissement), have loved here, worked here, and with a few rare exceptions, have always lived here.

Paris, I love you...

Here is an autobiographical account that I hope will enable you to know me better and perhaps give you some ideas about specific places to visit.


GROWING UP IN PARIS
One of my first memories of Paris is at the age of 8 or 10 going all the way to the top of the Eiffel Tower. Fortunately, my parents and my big brother were with me. It was a humid day; it was cold, but I remember my amazement when, having arrived at the second level, I discovered that formidable panorama as far as the eye could see, the monuments that bore so much history (I contemplated the Arc de Triomphe, the Sacré Cœur, the boats on the Seine, etc.), the sensation of power and exhilaration: emotions and joy that I still carry inside me.
I recently went back with my youngest daughter. After an hour-and-a-half wait (a bit too long!), the same joy transported me; what a thrill it was to experience it with my little girl!
.


Another highlight from my childhood: the Palais de la découverte. I went there many times. It opened in 1937 within the prestigious Grand Palais, built in 1897 on the occasion of the Universal Exposition of 1900. The Palais de la découverte is a remarkable Parisian museum and scientific cultural center. It offers everything to satisfy one’s thirst for knowledge: in astronomy (a superb planetarium), chemistry, life sciences, mathematics and much more.

Even though I’ve never had much talent in the latter discipline, the π (pi) room always fascinated me! The constant relation between the circumference of a circle and its diameter is an irrational number having an infinite number of decimals. The Palais de la découverte features a room entirely devoted to these decimals. In it are presented the first 704 of them. Just the first four, however, are enough for the most frequent calculations. Should you choose not to visit this truly moving exhibit (a mistake!), here are the first one-hundred decimals: .
The rest are in the n room!

Another place of which I have a precise memory: the paleontology and compared anatomy galleries of the Muséum d'histoire naturelle in the Jardin des plantes.
On the first floor: from fishes to birds, from reptiles to mammals, from man to whales. You will see every adaptation of the skeleton of vertebrae according to their living environment. In the paleontology gallery the jump in time is impressive: the fossils exhibited illustrate the animal forms that followed one another over 600 million years. The stars of this demonstration are of course the fascinating dinosaurs and mammoths: as impressive by their size as well their age.

For the famous writer, Paul Claudel, the Anatomy gallery was "nothing less than the most beautiful museum in Paris [...]. Each time I am in France, I go back to visit this sublime gallery with a feeling of religious veneration that, each time, makes me want to remove my hat and also my shoes". Don’t take off either one, but do go there, quickly!
Then I grew up, and the π room and the monsters of the Jardin des plantes were quickly erased by the charms of young blond girl, soft, with long curly hair! Imagine the emotion of the shy teenager I was when I was holding the hand of my first love, over long walks by the banks of the Seine. Everything was possible. Love was, of course, forever. Life and Paris were at our fingertips.



A few years pass, and there I am going to school at the prestigious Collège Stanislas in the neighborhood of Montparnasse. Adopted by numerous artists of the Belle Époque, Montparnasse, despite the construction around the train station, has retained its cachet. The numerous bars, theaters and cinemas still make it an attractive place for cultural life.

Although I was a serious student in prep school, I nonetheless took advantage, along with a group of my classmates, of the nightlife which at that time was very animated in now legendary bars like la Coupole, le Dôme, la Rotonde, le Select and a little farther: la Closerie des Lilas. Cocteau, Brassaï, Man Ray, Modigliani, the Hemingways, Miller and Fitzgerald were all regulars there.

But everything must come to an end. There comes a time for responsibility and the first important purchases. I then bought my first apartment in the 13th arrondissement, in the Chinese quarter. I got married in the city hall of the 13th at the Place d'Italie.


My wedding night? It took place in the beautiful Hôtel Napoléon in Fontainebleau, just across from the Château de Fontainebleau where monarchs had held residence since the middle ages: kings, queens, emperors and empresses all loved that castle on which they all left their mark... Before being exiled on the island of Elba, Napoleon said his good byes there on April 20th, 1814, pronouncing the immortal words: “Officers, noncommissioned officers and soldiers of my old guard, I bid you adieux. For twenty years, I have constantly found you on the road to honor and glory...”

As far as I was concerned, as a newlywed, I was looking not so much for honor and glory as for a way to pay the mortgage each month!
PARIS ON THE JOB
I spent more than five years working in several of the glass towers of la Défense, the famous business district in the west of Paris which covers 160 hectares comprising roughly 2.7 million square meters of office space. Fifteen-hundred companies (including 15 of the top 20 in France) have offices there. La Défense also comprises 10 000 apartment units.

I was, therefore, one of the 150 000 employees who work there. Although my job for a large insurance company was very interesting, I never liked the la Défense very much, finding it too cold, impersonal and soul-less. I began by working at the Grande Arche de la Défense.


Inaugurated on July 14th, 1989, during the summit of heads of state on the occasion of the bicentenary of the French revolution and the festivities associated with it, la Grande Arche was an important part of the policy of “Grands Travaux” (major projects) launched by then president François Mitterrand.
It is an empty cube in which Notre Dame Cathedral could fit, with its spire and all. The building is admired by many for its minimal, dynamic architecture.

Offices there are the same as anywhere else. Mine was on the 12th floor, overlooking the inside of the arc and the panoramic elevators that I used to watch going up and down while I was talking on the phone.

During the big strikes of 1995, in order to avoid the gigantic traffic jams at the entrances to Paris, I arrived at 4 in the morning, and I can say that despite its architectural genius, at 4 a.m. la Grande Arche is not a happy place! Only one timid little light was on: my office.


Striking, an almost sacred right in France! And little does it matter that the actions of a few upset the lives of millions. I was also affected by this national sport at the Fnac, the prestigious cultural goods retailer, founded in 1954 by two militant Trotskyites. In fact, I worked for two years at the Fnac Ternes, a magnificent store located near the Champs-Elysées.


My last job was at la Poste: a company not quite like any other. It is the only company in France whose history dates back to Louis XI. It plays a major role in French society, but its future is threatened by the decrease in mail traffic. The history of la Poste is, in a way, that of France itself. You should visit the Musée de la Poste, just next to the Gare Montparnasse (34 boulevard de Vaugirard), it is simply fascinating. Q: When was The first postage stamp issued in France? A: On January 1st, 1849. It pictured Ceres, Greek goddess of the harvest and symbol of the French Republic.


Fortunately, professional life sometimes offers opportunities for very pleasant meals. For example: I recall an excellent dinner at the famous Tour d'Argent restaurant with my manager at the time. We were celebrating an important legal victory together with our attorney. At number 15 quai de la Tournelle in the 5th arrondissement, la Tour d'Argent offers a superb view over the Seine and Notre Dame, by day as in the evening: magical!

Have I always lived and worked in Paris? In fact, yes, or almost. My experience led me to work in the fine city of Cognac, located in the south-west of France, on the banks of the Charente river. I was working for the prestigious cognac maker, Hennessy. There, I learned that the annual worldwide consumption of cognac equals 20 seconds of Niagara Falls, while that of whisky equals 20 minutes!

But I missed Paris. I only spent a few months in Cognac. However, I have always kept a certain nostalgia for that experience of provincial life: quieter and more peaceful than Paris which is a very stressful city for those who live here year-round.

PARIS AND MY CHILDREN
Then comes the time for children. And it is childhood that passes, according to the Jacques Brel song.


But what joy! My daughters, two daughters: so many happy memories of all those places in Paris that I visited with them. Among them: the Parc Floral de Vincennes (with its Vallée des fleurs, a covered promenade of 28 courtyards and pavilions and numerous playgrounds), the Parc Montsouris (just next to your apartment), the Jardin des plantes (my daughters liked to throw the bears bread dipped in honey: a delicacy for bears, and then they loved to visit Kiki, the tortoise, that has since died at the ripe old age of 146!), and also the Jardin d'acclimatation in the Bois de Boulogne.
Inaugurated in 1860 by Napoleon III himself, this large amusement park is a magical place for children, featuring numerous attractions (quite expensive, it is true) and playgrounds.

The trip to the Jardin d'acclimatation was the special, Sunday treat

Another great pleasure shared with my daughters was marionettes. Ah, the marionettes of Paris! And the great classic, adored by children: Guignol, the famous marionette created at the beginning of the 19th century by a tradesman from Lyons. Initially, this sympathetic character appealed to working class people, claiming social injustice and denouncing the bourgeoisie as well as regional or national authorities. Later, at the end of the 19th century, the bourgeoisie of Lyons adopted the character and transformed his stories into children’s theater.


My daughters’ favorite marionettes were those of the Champ de Mars (after the show: a little pony ride at the foot of the Eiffel Tower) and the Luxembourg Gardens.

Located in the heart of Paris’ Latin Quarter, the Luxembourg Gardens cover 23 hectares replete with flower beds and sculptures. The gardens are the property of the Senate: the upper chamber of the French parliament. This beautiful garden is a favorite meeting place of Parisians, students, lovers and strollers, as well as visitors from all over the world.


One day, when my eldest was 4, as we were leaving the marionettes in the Jardin du Luxembourg, I bought her a helium balloon. I told her to hold on to the balloon well so it wouldn’t fly off. A few meters farther, she squeezed my hand, looked up at me with a mischievous smile and… let go of the balloon on purpose. Her crystalline burst of laughter and the carefree releasing of the balloon into the Paris sky will always remain as a light in my heart. I am forever attached to the Luxembourg Gardens.


And what about Disneyland Paris? It is impossible to not mention the attraction park that opened in 1994 30 kilometers east of Paris. In 2008 it attracted no fewer than 15 million visitors, including my youngest girl for the umpteenth time. In short, my daughters love it. Not I. Too many people, too expensive, too commercial, too much waiting in line (much too much!). Everybody loves it, but for me it’s a nightmare. I prefer by far the Parc Astérix, north of Paris. Somewhat the same as Disneyland Paris, but smaller and more French (visitors will cross paths with the famous Astérix, Obélix, Panoramix and all the other characters of the Gaul village): less expensive and much more pleasant.

MUSICAL PARIS
Paris est une ville de beauté. Par son âme, son architecture et ses musées, ses opéras et ses salles de musique.

La musique classique ! Elle me réconcilie avec les hommes et le monde quand il en est besoin. Certaines grandes œuvres sont un tel ravissement, expriment une telle pureté, une telle beauté qu'aucun mot ne peut exprimer les émotions ressenties.


Among the numerous concert halls that Paris offers, I have a favorite: the Salle Pleyel. Opened in 1927, located just a short distance from the Champs-Elysées, it quickly became the most famous concert hall in Paris. Stravinsky and Otto Klemperer performed there. The Orchestre de Paris chose to reside there and, with former conductor Daniel Barenboim, conquered a wide public there. Louis Armstrong, Ravi Shankar, Sviatoslav Richter, Jorge Bolet, Jascha Heifetz and David Oistrakh all contributed to establishing the glory of the venue.

The Salle Pleyel underwent a magnificent restoration between 2004 and 2006 which allowed the hall to regain its original Art Deco elegance. It is a true pleasure to enter this prestigious theater, and an even greater pleasure to hear the sublime music performed there.


A few outstanding concerts I was fortunate enough to attend:

• Chostakovitch’s Symphony n. 10 and the Concerto for piano n. 3 by Sergei Rachmaninoff
• The concerto for violin by Sibelius. So beautiful and so magnificently sad! I know Finland a little, and listening to that music one has the feeling of being there.
• Symphony n. 6, known as Pathétique, by Piotr Tchaikovsky. How I love that symphony! Its first movement filled with so many jolts and terrors, and the terrible ‘explosion’ of the orchestra in the middle. And the last movement which sinks into a heart-rending farewell: a veritable requiem, like a long sob.
• Chopin’s two concertos for piano. A music of such delicateness, refinement and subtlety; so tender and elegant that one would like to melt into it!

Too overwhelmed after hearing the Symphonie Pathétique, I was unable to stay for the remainder of the program and left during intermission. If you can, try to reserve tickets for the Salle Pleyel during your stay. And don’t do like me: stay until the end!

PARIS AND YOU
And finally, Paris allows me to experience a new adventure; perhaps the most interesting of all: meeting… you!

I began to rent out my apartment in the 14th arrondissement a little by chance. And it is for the pleasure it brings me that I continue to do so!

The pleasure of meeting folks from all over the world; with such varied cultures and languages. The pleasure of providing you with a welcome that delights you, that right from the start makes you glad to be in Paris. The pleasure of reading your kind comments in the guest book (ah, I never tire of reading those words).


One of the nicest notes left by departing guests read, “We already loved Paris, now we love Bertrand”; isn’t that a wonderful reward that makes all my efforts to prepare your apartment more than worthwhile?

One common point for all the visitors: at the moment of leaving, they all have a small glint in the eyes: a little sad to leave the city of lights; so happy to have rediscovered the city that everyone describes as… marvelous.
Paris is truly a marvelous city. When you leave it you’re not the same as when you arrived.

Merci Paris. Paris, je t'aime !

---------------------------

Paris est ma ville. J'y suis né (dans le 16è arrondissement), j'y ai aimé, travaillé, toujours vécu à de rares exceptions.

Paris, je t'aime...

Voici un récit autobiographique qui vous permettra, je l'espère, de me connaître un peu mieux et, peut-être de vous donner quelques idées particulières de visite.
PARIS J'Y GRANDIS
Un de mes premiers souvenirs de Paris ? Agé de 8 ou 10 ans, impressionné et excité, je monte tout en haut de la Tour Eiffel. Heureusement, mes parents et mon grand frère m'entouraient. C'était un jour humide, il faisait froid, mais j'ai souvenir de mon émerveillement quand, une fois arrivé au 2è étage, j'ai découvert ce formidable horizon, qui s'offrait à perte de vue, ces monuments qui portaient tant d'histoire (je contemplais longuement l'arc de triomphe, le sacré cœur, les bateaux sur la seine), ce sentiment de puissance et de vertige. Une émotion et une joie encore en moi...

J'y suis récemment retourné avec ma fille cadette. Après une heure et demie d'attente (un peu long...), une même joie m'a transporté, quel bonheur de le vivre avec ma fille.

Autre haut lieu de mon enfance : le Palais de la découverte, j'y suis allé de nombreuses fois. Ouvert en 1937 au sein du prestigieux Grand Palais, lui-même construit en 1897 à l'occasion de l'exposition universelle de 1900, le Palais de la découverte est un remarquable musée et centre culturel scientifique parisien. On y trouve tout pour rassasier sa soif de connaissances : en astronomie (un planétarium superbe), chimie, sciences de la vie, mathématiques.

Même si je n'ai jamais vraiment été d'un talent particulier dans cette dernière discipline, la salle de π (pi) me fascinait ! Ce rapport constant entre la circonférence d'un cercle et son diamètre est un nombre irrationnel ayant un nombre infini de décimales. Or, le palais de la découverte nous offre une salle entièrement dédié à ces décimales, dont elle présente les 704 premières, alors même que les quatre premières suffisent pour les calculs les plus fréquents. Au cas où vous ne prendrez (à tort...) pas le temps d'aller visiter cette salle émouvante, voici les 100 premières décimales : . La suite dans la salle π !

Autre endroit dont je conserve un souvenir précis : les galeries de paléontologie et anatomie comparées du muséum d'histoire naturelle au jardin des plantes.
Au premier étage, des poissons aux oiseaux, des reptiles aux mammifères, de l'homme à la baleine, il est donné à voir toutes les adaptations du squelette des vertébrés en fonction de leur milieu de vie. Dans la galerie de Paléontologie, le saut dans le temps est impressionnant : les fossiles exposés illustrent les formes animales qui se sont succédé pendant 600 millions d'années. Vedettes de cette démonstration : les fascinants dinosaures et les mammouths, qui nous dominent à la fois par la taille et par l'âge...

Pour le fameux écrivain Paul Claudel, la galerie d'Anatomie était "rien de moins que [le] plus beau musée de Paris [...]. À chacun de mes passages en France, je reviens visiter cette galerie sublime avec un sentiment de vénération religieuse, qui chaque fois, me donne envie d'enlever non seulement mon chapeau mais aussi mes chaussures." N'enlevez ni l'un ni les autres mais allez y vite...
Et puis j'ai grandi et la salle π et les monstres du jardin des plantes ont vite été effacés par les charmes d'une jeune fille blonde, douce, aux longs cheveux bouclés ! Imaginez l'émotion de l'adolescent timide que j'étais, quand il tenait la main de son premier amour, dans de longues promenades au bord de la Seine. Tout était possible, l'amour était forcément pour toujours, la vie et Paris s'offraient...


Quelques années passent et me voilà à faire mes études supérieures au prestigieux collège Stanislas, dans le quartier Montparnasse. Adopté par de nombreux artistes de la Belle Époque, le quartier Montparnasse, malgré les aménagements urbains autour de sa Gare, garde un réel cachet. Les nombreux bars, théâtres et cinémas en font un lieu de vie culturelle toujours attractif.

Elève appliqué de classe préparatoire, je profitais néanmoins avec mes camarades de la vie nocturne, autrefois animée dans les lieux mythiques que sont les bars La coupole, le Dôme, la Rotonde, le Select et un peu plus loin, la Closerie des Lilas. Cocteau, Brassaï, Man Ray et Modigliani, les Hemingway, Miller, et Fitzgerald y avaient leurs habitudes..

Tout a une fin, même les études. Vient le temps des responsabilités et des premiers achats importants. J'ai ainsi acquis mon premier appartement dans le 13è arrondissement, dans le quartier chinois. Je me suis marié à la mairie du 13è, place d'Italie.

Ma nuit de noces ? elle a eu lieu dans le très bel hôtel Napoléon à Fontainebleau situé en face du château de Fontainebleau où les souverains se sont succédés depuis le Moyen-Age : Rois, Reines, Empereurs et Impératrices ont aimé ce lieu qu'ils ont tous marqués de leur empreinte... Avant de s'exiler sur l'ile d'Elbe, Napoléon y a fait ses adieux le 20 avril 1814, non sans avoir prononcé des paroles immortelles : « Officiers, sous-officiers et soldats de ma vieille garde, je vous fais mes adieux. Depuis vingt ans, je vous ai constamment trouvés sur le chemin de l'honneur et de la gloire... ».

Pour ce qui me concerne, jeune marié, je cherchai sinon l'honneur et la gloire, du moins de quoi rembourser mon premier crédit...
PARIS BOULOT !
J'ai notamment travaillé plus de cinq ans dans quelques unes des grandes tours de la Défense, ce fameux quartier d'affaires, à l'ouest Parisien, qui s'étend sur 160 hectares, offre pas moins de 2,7 millions de m2 de bureaux, accueille 1 500 entreprises (dont 15 des 20 premières nationales) et accueille aussi plus de 10 000 logements.

J'étais donc l'un des 150 000 salariés qui y travaillent. Si j'y ai fait un travail passionnant au service d'une grande compagnie d'assurances, je n'ai guère aimé l'endroit. Trop froid, anonyme, sans âme. J'ai commencé à y travailler à la grande arche de la Défense.

Inaugurée le 14 juillet 1989, à l'occasion des festivités du bicentenaire de la Révolution Française, lors du sommet des chefs d'Etat, la Grande Arche fait partie de la politique des Grands Travaux du Président François Mitterrand.
Cube évidé dans lequel pourrait tenir Notre Dame avec sa flèche, ce bâtiment fait l'admiration pour son architecture épurée et dynamique.

Mais les bureaux y sont comme partout ailleurs. Le mien était situé au 12è étage, donnant sur l'intérieur de l'arche et ses ascenseurs panoramiques que je regardais distraitement monter et descendre pendant mes communications téléphoniques.

Pendant les grandes grèves de 1995, pour éviter les gigantesques embouteillages qui se formaient aux entrées de Paris, j'arrivai à 4 heures du matin. Et bien, malgré son génie architectural, la grande arche à 4 heures du matin, ce n'est pas gai ! une seule timide lumière s'allumait : celle de mon bureau...

Grève, un droit quasi-sacré en France ! et peu importe que l'action de quelques uns perturbe la vie de millions d'autres. J'ai aussi côtoyé ce sport national à la Fnac, prestigieuse entreprise de biens culturels, créée en 1954 par deux militants troskystes. J'ai en effet travaillé deux ans à la Fnac Ternes, magnifique magasin situé près des Champs-Elysées.

J'ai tenu mon dernier poste en entreprise à la Poste, une entreprise pas tout à fait comme les autres. Seule entreprise en France à remonter à... Louis XI, elle joue un rôle majeur dans la société française mais son avenir est menacé par la baisse du trafic du courrier. L'histoire de la Poste est un peu celle de la France elle-même. Allez donc visiter le musée de la Poste, juste à côté de la gare Montparnasse (34 boulevard de Vaugirard), il est tout simplement passionnant. A quand remonte la création du premier timbre poste en France ? au 1er janvier 1849. Il était est à l'effigie de Cérès, déesse des moissons qui symbolise la République.

Heureusement, la vie professionnelle offre parfois l'opportunité de repas des plus agréables. Par exemple, cet excellent dîner à la prestigieuse « Tour d'Argent » avec mon responsable hiérarchique de l'époque. Nous y avons fêté avec notre avocat une belle et importante victoire judiciaire. Au 15 quai de la Tournelle dans le 5è arrondissement, la Tour d'Argent offre une vue sublime, de jour comme de nuit, sur la Seine et Notre Dame. Magique.

Au fait, ai-je toujours vécu et travaillé à Paris ? En fait, oui ou presque. Mon expérience m'a amené à travailler dans la bonne ville de Cognac, située dans le Sud Ouest sur les rives de la Charente, dans la prestigieuse société des Cognacs Hennessy. J'y ai appris que la consommation mondiale de Cognac équivaut à 20 secondes chutes du Niagara tandis que celle du Whisky correspond, elle, à... 20 minutes !

Mais Paris me manquait, je n'ai passé que quelques mois à Cognac. Pourtant, j'ai toujours conservé une certaine nostalgie pour cette expérience de la vie provinciale, plus calme et apaisée qu'à Paris, ville assez stressante pour qui y vit toute l'année.
PARIS MES ENFANTS
Et puis, vient le temps des enfants. Et c'est l'enfance qui passe, selon la chanson de Brel...

Mais quel bonheur ! Mes filles, deux filles, combien de souvenirs heureux de tous ces lieux parisiens visités avec elles. Parmi eux, le parc floral de Vincennes (avec sa Vallée des fleurs, une promenade couverte de 28 patios et pavillons, de nombreuses aires de jeu), le parc Montsouris (juste à côté de votre appartement), le jardin des plantes (mes filles lançaient aux ours du pain avec du miel, un régal d'ours, et puis elles adoraient rendre visite à la tortue Kiki, morte depuis au bel âge de... 146 ans !), et aussi le jardin d'acclimatation, au Bois de Boulogne.
Inauguré en 1860 par Napoléon III lui-même, ce grand parc de loisirs est magique pour les enfants, avec de nombreuses attractions (assez chères, il est vrai) et de nombreuses aires de jeux.

La visite au jardin d'acclimatation était la récompense du dimanche..

Autre grand bonheur partagé avec mes filles : les marionnettes. Ah les marionnettes de Paris ! et leur grand classique, adoré de tous les enfants : Guignol, célèbre marionnette créée au début du XIXè siècle par un ouvrier lyonnais. Au début, ce sympathique personnage prend à partie des petites gens en clamant l'injustice sociale et en dénonçant les bourgeois comme les autorités régionales ou nationales. Puis, à la fin du XIXe, la bourgeoisie lyonnaise récupère ce personnage et transforme ses histoires en spectacles pour enfants.


Les marionnettes préférées de mes filles étaient celles du Champ de Mars (après le spectacle, hop, un petit tour de poney au pied de la Tour Eiffel) et du jardin du Luxembourg.

Situé au cœur du quartier latin de Paris, le jardin du Luxembourg s'étend sur 23 hectares animés de parterres de fleurs et de sculptures. Propriété du Sénat, la chambre haute du parlement français, ce beau jardin est un rendez vous de prédilection des parisiens, étudiants, amoureux, promeneurs, qui attire aussi des visiteurs du monde entier.

Un jour, alors que mon aînée avait 4 ans, en sortant des marionnettes du Jardin du Luxembourg, je lui offre un ballon gonflé à l'hélium. Je l'invite à bien tenir le ballon pour qu'il ne s'envole pas. Quelques mètres plus loin, elle me presse la main, me regarde avec un sourire espiègle et... lâche volontairement le ballon. Son éclat de rire cristallin, l'envol joyeux du ballon dans le ciel d'été parisien resteront à jamais comme une lumière dans mon cœur. A jamais rattachée au jardin du Luxembourg.

Et Eurodisney ? Impossible de ne pas évoquer ici ce parc de loisirs ouvert en 1994 à 30 kilomètres à l'est de Paris et qui a attiré en 2008 pas moins de 15 millions de visiteurs, dont ma cadette pour son énième séjour. Bref, mes filles l'ont adoré. Pas moi. Trop de monde, trop cher, trop commercial, trop d'attentes (beaucoup trop). Bref, tout le monde adore mais, pour moi, c'est un cauchemar... Je préfère de beaucoup le parc Astérix, au Nord de Paris. Un peu la même chose qu'Eurodisney, en plus petit, plus français (on y croise les célèbres Astérix, Obélix, Panoramix et tous les personnages du petit village gaulois), moins cher et bien plus agréable.
PARIS MUSIQUE
Paris est une ville de beauté. Par son âme, son architecture et ses musées, ses opéras et ses salles de musique.

La musique classique ! Elle me réconcilie avec les hommes et le monde quand il en est besoin. Certaines grandes œuvres sont un tel ravissement, expriment une telle pureté, une telle beauté qu'aucun mot ne peut exprimer les émotions ressenties.

Parmi les nombreuses salles de concert qu'offre Paris, j'en ai une préférée, la salle Pleyel. Ouverte en 1927, située à deux pas des Champs-Elysées, elle est vite devenu le lieu de concert le plus célèbre de Paris. Stravinski et Otto Klemperer s'y produisirent. L'Orchestre de Paris y élit résidence et conquiert un large public avec Daniel Barenboïm. Louis Armstrong, Ravi Shankar, Sviatoslav Richter, Jorge Bolet, Jascha Heifetz et David Oïstrakh contribueront à faire la gloire de la salle.

Entre 2004 et 2006, la salle Pleyel a été magnifiquement restaurée et retrouve son élégance Art déco originel. Un vrai bonheur d'entrer dans ce lieu prestigieux, un bonheur plus grand encore d'y écouter la sublime musique qui y est produite.

Quelques magnifiques concerts auxquels j'ai eu la chance d'assister :

• la symphonie n° 10 de Chostakovitch et le concerto pour piano n° 3 de Serguï Rachmaninov
• le concerto pour violon de Sibélius. Si beau et si magnifiquement triste. Je connais un peu la Finlande et on croit s'y plonger à l'écoute de cette musique.
• La symphonie n°6, dite pathétique, de Piotr Tchaïkovski. Que j'aime cette symphonie ! son premier mouvement traversé de tant de soubresauts et de terreurs, avec la terrible déflagration de l'orchestre en son milieu. Et son dernier mouvement, qui s'enlise dans un déchirant adieu, véritable requiem, comme un long sanglot.
• Les deux concertos pour piano de Chopin. Une musique si délicate, si fine et subtile, si tendre et élégante qu'on aspire à s'y fondre !
Trop bouleversé par l'écoute de la symphonie Pathétique, je n'ai pu rester écouter la suite du programme et suis parti au moment de l'entracte. Si vous le pouvez, réservez un billet pour la salle Pleyel pendant votre séjour. Et, ne faites pas comme moi, restez y jusqu'au bout...

PARIS ET VOUS...
Et puis Paris me permet de vivre une nouvelle aventure, la plus belle sans doute, la rencontre avec... vous !

C'est un peu par hasard que j'ai commencé à louer mon appartement parisien du 14è arrondissement. Et c'est par plaisir que j'ai continué...

Plaisir de rencontrer des personnes venant du monde entier, de cultures et de langues si différentes. Plaisir de vous offrir un accueil qui vous réjouisse, de vous donner d'emblée la joie d'être à Paris. Plaisir de recevoir vos mots si aimables dans le livre d'or (ah, ma lecture émue du livre d'or, je ne m'en lasse pas...).

Un des plus jolis mots qui m'ait été adressé après le départ de visiteurs : « nous aimions déjà Paris, maintenant nous aimons Bertrand « ! N'est-ce pas une magnifique récompense ? qui vaut mille fois mes efforts pour préparer votre appartement au mieux qu'il m'est possible.

Un point commun à tous mes visiteurs : au moment de leur départ, ils ont tous dans les yeux une petite étincelle particulière, un peu tristes de quitter la ville lumière, si heureux d'avoir (re)découvert une ville que tous qualifient de... merveilleuse.
Paris est bien une ville merveilleuse. On n'en repart pas comme on est venus.

Merci Paris. Paris, je t'aime.

Район

Похожие объявления